JOURNEY TO STAR WARS: THE LAST JEDI – CAPTAIN PHASMA #1 la critique

Captain Phasma se vante de ce qui est facilement parmi les personnages les plus mémorables des nouveaux films Star Wars. Malheureusement, elle est tombée dans une grande tradition de personnages de Star Wars qui ont l’air cool et font peu de choses dans The Force Awakens. Mais entre le roman de Phasma récemment sorti et maintenant cette nouvelle mini-série Marvel, il semble que son stock est en hausse et mène à Star Wars: The Last Jedi.

Journey to Star Wars: The Last Jedi – Captain Phasma

Avec Journey to Star Wars: The Last Jedi – Captain Phasma, l’objectif de Marvel n’est pas de donner un aperçu général et exhaustif de l’arrière-plan du personnage, mais de raconter une histoire très précise qui se déroule au lendemain immédiat de The Force Awakens. Fondamentalement, ce premier numéro répond à deux questions: comment Phasma a-t-elle échappé à la base condamnée de Starkiller et qu’ a-t-elle fait ensuite? L’écrivain Kelly Thompson adopte clairement une approche ciblée et efficace de ce livre. Mais étant donné qu’une des rares choses que nous savons au sujet de Phasma, c’est qu’elle est un officier commandant très strict et très sensé, cette approche semble justifiée. Et l’approche sans fioritures donne à la bande dessinée un sentiment d’urgence supplémentaire qui va de pair avec la destruction imminente de Starkiller Base.

Non, on n’en apprend pas beaucoup sur ce personnage énigmatique. Au lieu de cela, nous suivons la Phasma impitoyable et singulière qui fuit la base tout en luttant pour cacher sa part dans sa destruction. Ce faisant, les lecteurs apprennent un fait nouveau et crucial au sujet de Phasma. Elle n’est pas une soldate aveuglément obéissante, mais plutôt une pragmatiste motivée qui n’est pas au dessus de baiser sur les autres pour sauver sa propre peau. Cela en soi rend ce numéro intéressant. Le scénario de Thompson comprend des légendes narratives pour Phasma, mais celles-ci apparaissent simplement comme son rapport laconique et épuré à ses supérieurs du Premier Ordre. Le fossé entre son rapport et ses actions ajoute une touche d’ironie bienvenue au conflit.

L’artiste Marco Checchetto n’ a pas encore déçu sur une bande dessinée de Star Wars, et Captain Phasma ne rompt pas cette tendance. Peu d’artistes sont aussi habiles à capter le ton et l’attrait de la franchise. Ses interprétations des armures et des navires de The Force Awakens sont toujours d’actualité. L’environnement Starkiller Base en général se distingue sur chaque page, grâce en grande partie au travail magnifique et vivant d’Andres Mossa. Tout au long de ce numéro, Checchetto donne au livre une qualité cinématographique très dynamique, car Phasma démontre sans cesse ses prouesses physiques et son impitoyabilité. Checchhetto lance essentiellement ce numéro avec le très populaire « calmement s’éloignant de l’explosion de l’homme », et les démonstrations d’audace et de compétence de Phasma ne s’améliorent qu’ à partir de là.

Le verdict

Captain Phasma est déjà en train de devenir l’une des mini-séries Star Wars les plus fortes de Marvel. Ce premier numéro adopte une approche brutale et efficace qui convient très bien à ce méchant monolithique. Elle n’essaie pas d’approfondir son passé ou son passé, mais sert quand même à éclairer le personnage par ses actions. Cette approche efficace de la narration, couplée à la superbe combo de l’équipe-tags que sont Marco Checchetto et Andres Mossa, fait de cette bande dessinée Star Wars que tous les fans de Phasma devraient lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *